Le 23 novembre 2023 s’est déroulé, à l’invitation des éditions Alphil, du Château de Morges et de ses musées, le vernissage du récent ouvrage du Professeur Rudolf Jaun, Histoire de l’armée suisse. Du XVIIe siècle à nos jours.  Sous la conduite du commandant de corps (lib.) Dominique Andrey, président de l’Association suisse d’histoire et de sciences militaires (ASHSM), plusieurs personnalités sont intervenues devant une trentaine de participants pour éclairer des facettes de la rédaction du livre, de son édition et de sa traduction.

Message de bienvenue

Adelaïde Zeyer, directrice du château de Morges et de ses musées
Adelaïde Zeyer, directrice du château de Morges et de ses musées, souhaita la bienvenue à l’assistance. Exprimant son admiration et sa reconnaissance à Rudolf Jaun pour son « entreprise colossale » ainsi que pour la traduction de cette référence, elle tissa des liens entre la démarche historique de l’écrivain (il s’adresse à la fois à un public profane ainsi qu’à des experts) et les activités des musées du château : les expositions temporaires sont d’abord destinées à des visiteurs non spécialisés, tandis que le métier de base consiste à mettre en valeur les collections. En conclusion, Mme Zeyer souligna la qualité de l’ouvrage et son importance comme base scientifique.

La perspective de l’éditeur

Alain Cortat, éditeur de « l’Histoire »
Dominique Andrey, présentant Alain Cortat, l’éditeur du livre, rappela la permanence de l’idée d’une traduction française. Évoquant Bismarck pour qui « celui qui ne sait pas d’où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est, » il rompit une lance en faveur d’une intégration de l’histoire dans le processus de la politique de défense.Directeur des éditions Alphil, Alain Cortat a justifié cette publication : d’une part, le traitement du militaire en Suisse est très lacunaire et il convient de le développer. D’autre part, dans un pays aux multiples idiomes comme la Suisse, dans lequel on traduit trop peu entre les régions, l’éditeur joue un rôle de passeur. À mi-chemin entre les cultures, il contribue à la circulation des idées entre les espaces linguistiques. Alphil propose une traduction par année et c’est l’Histoire qui a été choisie pour 2023. En effet, cet ouvrage s’adresse non seulement à des passionnés de l’armée ou de son histoire, mais aussi à des lecteurs plus distants, voire critiques, du fait militaire. C’est une réussite : on apprend beaucoup dans des domaines multiples et dans la très longue durée. Pourtant, cette publication reste une aventure, en raison des frais de traduction importants et d’un potentiel de diffusion limité. Vendre des livres consacrés à notre pays hors de ses frontières reste un défi majeur. L’éditeur remercie les nombreux sponsors, soutiens importants et enthousiastes, qui ont permis la publication. Il conclut en remerciant l’auteur et son traducteur de leur confiance.

La satisfaction de l’auteur

Le Professeur Rudolf Jaun, auteur de l »‘Histoire »
Le professeur Rudolf Jaun remercia tout d’abord celles et ceux qui ont soutenu le livre. Les limitations de temps, mais aussi de volume l’ont obligé à délaisser certaines thématiques comme l’histoire de la coopération internationale, la composition sociale du corps des officiers et des sous-officiers ou encore la micro-histoire des écoles, des cours et des corps de troupe. Sous une perspective de longue durée, il applique la théorie de la military revolution à l’adaptation continue de l’armée, considérée comme une organisation de combat.
D’un point de vue méthodologique, l’Histoire repose sur deux approches : tout d’abord, une analyse herméneutique des sources, comme la littérature, les articles de presse ainsi que des archives. Plusieurs acteurs du département ont également été interviewés. L’auteur applique aussi la théorie des systèmes de Niklas Luhmann, qui explique les transformations par le rôle des institutions plutôt que par les actions des grands hommes.Rudolf Jaun confesse être satisfait de son ouvrage, dont les ventes de la version allemande dépassent les 2 500 exemplaires. Il a reçu de nombreux compliments du public et de spécialistes et n’a rien changé pour la traduction. Il ne se froisse pas des quelques critiques formulées par des groupes plutôt conservateurs.

Hommage au traducteur

Laurent Auberson, traducteur français de l »‘Histoire »
Dominique Andrey mit en évidence un paradoxe : le traducteur reste généralement dans l’ombre de l’auteur. Dans le cas de l’Histoire, il était légitime de mettre en lumière Laurent Auberson, d’autant que, comme le confirme Rudolf Jaun, il a eu la main heureuse et a fait preuve de rapidité et de précision.

Pour Laurent Auberson, la traduction est une évidence. Pourtant, si près de deux tiers des livres vendus en librairie sont traduits, on oublie trop souvent le traducteur, perçu primairement comme un facteur de coûts. Alors pourquoi traduire « ce monument » qu’est l’Histoire? C’est que l’ouvrage a une portée nationale et qu’il intéresse la population dans son entier. En référence à l’historien Frédéric de Gingins-La Sarraz (1790-1863), traducteur de langue française à la chancellerie de l’État de Berne et fondateur de l’histoire romande, il avance que la traduction s’apparente à une écriture de l’histoire.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas le jargon militaire, les abréviations ou les acronymes qui ont posé des problèmes de traduction. Les difficultés tiennent aux différences de raisonnement et d’écriture qui caractérisent le français et l’allemand. Certains concepts découlent de représentations propres à la culture germanique et n’ont parfois pas d’équivalents en français. C’est ce qui fait le sel du travail d’Auberson : traduire un texte simple manque d’intérêt. L’Histoire, au contraire, est pleine de défis : la solution passe souvent par la restitution de l’articulation de l’argumentation plutôt que par la fidélité au texte. Pierre Leyris rappelait que « traduire, c’est avoir l’honnêteté de s’en tenir à une imperfection allusive ». Le traducteur se réjouit que Rudolf Jaun préfère lire la version française de son livre.

En épilogue, Laurent Auberson appelle à une réflexion plus générale sur la traduction et la menace qu’une « immédiateté irréfléchie » basée sur des outils gratuite fait peser sur l’héritage de l’humanisme des Lumières. Contre la robotisation de l’humain et en faveur des valeurs fondamentales, il y a urgence à valoriser la réflexion critique issue de la traduction : elle n’est pas un loisir d’érudit oisif, mais une tâche civique empreinte de noblesse et d’élévation.

Conclusions

Dominique Andrey, président de l’ASHSM
À l’issue des interventions, une séquence de questions permit de préciser plusieurs aspects liés à la traduction. Le commandant de corps (lib) Dominique Andrey conclut la soirée en affirmant que l’Histoire devait devenir une lecture obligatoire pour les officiers et appela à poursuivre le dépoussiérage de l’histoire militaire.

 

Syndication Links