Dans un article récent, @Luc Ferry demande comment différencier un devoir rédigé par l’intelligence artificielle (IA) de la copie d’un « élève humain »:

A quoi reconnait-on la disserte de philo d’un élève humain de celle écrite [par] ChatGPT ? Et comment est on certain qu’il n’a pas plagié ? Les fautes d’orthographe, évidemment 🙂

Je discute ici brièvement non la remarque de Ferry – qui contrairement à plusieurs de ses commentateurs, ne semble pas réaliser que l’on peut prompter ChatGPT pour, par exemple, introduire des solécismes – mais la proposition d’une de ses lectrices pour déceler le recours à l’IA.

En effet, la juriste Florence Pihan avance que l’on peut découvrir l’emploi de l’IA

En recopiant les phrases de l’élève et en demandant à ChatGPT s’il aurait pu l’écrire ! À part quelques fautes introduites volontairement…c’est souvent la même chose 😂😂

C’est une détection homéopathique du plagiat qui appliquerait « une méthode thérapeutique qui repose notamment sur le principe de similitude (du grec homoios «semblable» et pathos «maladie»), c’est-à-dire soigner par ce qui est semblable à la maladie » (source). Selon Miles Klee, journaliste à RollingStone, le Dr. Jared Mumm, « a campus rodeo instructor who also teaches agricultural classes » à l’université de Texas A&M–Commerce, a appliqué ce concept pour tester les copies de ses élèves. Avec des effets secondaires imprévus.

Selon l’épistémologue Thomas Sandoz,  docteur en psychologie, l’homéopathie médicale ne serait en fait qu’un  » procédé de réassurance »,  un placebo, qui trouve son efficacité non dans la sphère médicale, mais par « un rituel profane de conjuration ». Et malheureusement pour les étudiants de Mumm, le rituel de conjuration de l’AI par les prompts n’a pas produit un impact similaire dans le domaine cognitif.

En effet, souligne encore Klee, Chat GPT n’est pas un instrument de détection de plagiat. Pire encore, il est susceptible « d’hallucinations », qui pourraient le conduire à affirmer « to have written passages from famous novels such as Crime and Punishment« . Et c’est ainsi que ChatGPT a affirmé qu’il avait écrit tous les travaux des étudiants du bon docteur. La distribution de leurs diplômes a été suspendue, avant que des recours ne soient déposés…

Chat GPT n’est pas un instrument de détection de plagiat. Pire encore, il est susceptible « d’hallucinations », qui pourraient le conduire à affirmer « to have written passages from famous novels such as Crime and Punishment »
Miles Klee

On ne peut que suivre la conclusion de l’auteur de l’article qui souligne l’importance d’une formation technique pour tous les éducateurs. Et peut-être également pour les philosophes et les juristes.

Avertissement: à l’exception de l’image, aucune IA n’a été maltraitée pour produire cet article.

Syndication Links