"M. se meut dans le monde comme Julien, le héros de Lucien Leuwen, perdu au plus fort de la bataille de Waterloo".

Alain-Selestin-Roch Nicholas du Govic, Bouquet de pensées pour Alexis Pechkov.

[Source: gcsp.ch] La fête nationale suisse a été fixée au premier août, une date mentionnée dans le pacte fédéral de 1291. De manière représentative des institutions suisses, cette fête n’a été déterminée qu’à la fin du XIXème siècle, lors du 600ème anniversaire du Pacte, choisi à cette occasion comme date de création de l’ancienne Confédération. Le Conseil fédéral demanda aux cantons de faire sonner les cloches des églises et d’allumer des feux de joie pour fêter la journée. En 1899, sous l’influence des Suisses de l’étranger, qui voulaient aussi célébrer l’équivalent d’un 14 juillet, le Conseil fédéral institutionnalisa la manifestation. Dans les années trente, la fête et le pacte symbolisèrent une volonté d’indépendance farouche en réaction au totalitarisme. Depuis, la fête nationale suisse demeure un événement plutôt modeste, sans défile en défilés ou grande pompe, organisé par les communes. Ce n’est d’ailleurs que depuis 1994 que la fête nationale est un jour férié, après qu’une majorité du peuple et des cantons ait accepté une initiative constitutionnelle.