'Le livre du soldat' suisse - Illustration républicaine du lien entre citoyen et soldat

Stratégique 115 Stratégique 115 BCN
15 Sep
2017

Texte de ma communication dans le cadre des journées d’études toulonnaises de l'Institut de Stratégie Comparée sur le thème BD, guerres et stratégie publiée dans Stratégique 2017/2 (115)

 

 

Résumé

Dans cette contribution, concentrée sur la dimension du dessin de bande dessinée, nous analysons de manière empirique l'illustration de l’idéal républicain dans Le livre du soldat. Cet ouvrage d’information publique, richement illustré, fut distribué de 1957 à 1974 à tous les soldats suisses. Il n’est plus en vigueur depuis longtemps et demeure pourtant d’actualité dans l’analyse du lien civil-militaire en Suisse. Nous l’utiliserons pour examiner la perception républicaine de la relation entre « le citoyen suisse et son armée » sur la base de la dispute des conceptions. Ce débat de politique de défense opposa, entre 1941 et 1966, les tenants militaristes d’une force mécanisée et mobile aux partisans républicains d’une armée d’infanterie statique. Dans la longue durée, c’est un déterminant pérenne de la politique de défense suisse.

Après cette introduction, le contexte de la dispute des conceptions est brièvement évoqué. Nous présentons ensuite la manière dont les valeurs républicaines sont illustrées dans Le livre du soldat et concluons en soulignant les limites et l’ironique actualité de son message.

In this contribution, focused on comics-like illustrations, I present an empirical representation of the republican ideal as shown in Le livre du soldat (“The Private’s Book”). This public information book, carefully illustrated, was distributed to all Swiss soldiers and recruits from 1957 to 1974. Not in force anymore, it remains nevertheless topical for the analysis of the civil-military relationship in Switzerland. Through it, I examine the republican link between "the Swiss citizen and his army" at the time of the “dispute of the conceptions”, a defence policy argument which took place between 1941 and 1966: the militarist supporters of a mechanized and mobile force fought the republican partisans of a static, infantry based army to determine the defence capability of the future. In the longue durée, it embodies a perennial determinant of the Swiss defence policy. After the introduction, the context of the “dispute of the conceptions” is briefly depicted. I show how republican values ​​are symbolized and conclude by presenting the limits and the ironic actuality of the book’s message.

 


 

Il convient de féliciter les artisans de ce livre de la présentation agréable qu'ils lui ont donnée. L'illustration, en particulier, très abondante et variée, rend cet ouvrage appétissant ... Une certaine note pittoresque, voire amusante, ne déplaira certes pas. Enfin, on reconnaîtra volontiers la clarté de l'exposition, qui rend accessible à chacun l'initiation aux problèmes de la vie nationale et militaire.[1]

C’est ainsi qu’en novembre 1957, le correspondant à Berne de la Feuille d’Avis de Lausanne célèbre la parution du Livre du soldat [2]. L’ouvrage, annoncé de longue date, avait été rédigé non seulement pour « rappeler au moins les circonstances auxquelles nous devons d'être dotés d'une organisation militaire capable de s'imposer à l'attention d'un agresseur éventuel[3] », mais aussi pour « faire connaître à chaque militaire ce qu’il doit savoir des origines du pays, de son histoire, du développement de ses institutions, pour qu’il soit mieux à même d’apprécier le prix de la liberté et de se consacrer à son service[4]». Surtout

il entend donner au soldat un aperçu des valeurs sur lesquelles repose notre Etat et à affermir ainsi sa préparation morale. Il est appelé à jouer un rôle important dans l'information et l’éducation des soldats de toutes armes, en leur expliquant non seulement ce qu’ils ont à défendre, mais encore comment ils doivent le faire[5].

Distribué de 1957 à 1974 à tous les soldats et aux recrues, Le livre du soldat n’est plus en vigueur depuis longtemps. Il demeure pourtant d’actualité dans l’analyse du lien civil-militaire en Suisse. Nous l’utiliserons pour examiner la perception républicaine de la relation entre « le citoyen suisse et son armée[6] ». En effet, l’ouvrage a été rédigé dans le contexte de la « dispute des conceptions ». Cette discussion opposa, entre 1941 et 1966, les tenants militaristes d’une armée mécanisée et mobile aux partisans républicains d’une armée d’infanterie statique. Ce conflit idéologique dépasse la discussion doctrinale ou matérielle. Il porte avant tout sur le lien entre le citoyen, l’armée et l’État. Il s’inscrit - dans la longue durée - comme un déterminant pérenne de la politique de défense suisse[7].

Dans cet article, en me concentrant sur la dimension de l’illustration, je présente de manière empirique la représentation de l’idéal républicain dans Le livre du soldat.

Cet article comporte quatre parties. Après cette introduction, je rappelle brièvement le contexte de la dispute des conceptions et présente les positions des deux coalitions. Je recherche dans ensuite dans Le livre du soldat comment les valeurs républicaines sont illustrées. Je conclus en présentant ses limites et l’actualité de son message.

Limitée par sa taille et sa focalisation, cette étude n’est pas une analyse définitive du contenu du Livre du soldat. Plus modestement, dans le cadre de la thématique du colloque de Toulon, elle propose une contextualisation illustrée du républicanisme suisse[8].

 [...]

Citation

Christian Bühlmann (2017) "'Le livre du soldat' suisse - Illustration républicaine du lien entre citoyen et soldat" in Stratégique n°115, 2017 – Bande dessinée, guerre et stratégie, Paris: Institut de Stratégie et des Conflits – Commission Française d’Histoire Militaire – Ecole militaire, pp 61- 78. 

Sur Cairn.info (Paywall)

Images

Notes

  1. Bw., « Va, petit livre, » Feuille d'Avis de Lausanne, 1957, p. 6.
  2. Richard Merz et Albert Bachmann, Le livre du soldat - sois vigilant et fort : ton pays sera libre, deuxième édition, Berne, Eidg. Drucksachen- und Materialzentrale, 1959. Pour simplifier, les citations de l’ouvrage sont indiquée uniquement par le numéro de page.
  3. Paul Chaudet, « Problèmes de notre défense nationale, » Revue Militaire Suisse, vol. 100, 7, 1955, 289-312, ici p. 292.
  4. Paul Chaudet, « Préface, » in Le livre du soldat, op. cit, p. 3-4.
  5. Id.
  6. « Le citoyen suisse et son armée » : cette argumentation est encore actuelle, témoin l’exposition itinérante de l’armée suisse en 2017 : « Ton pays, ta sécurité, ton armée ». Voir http://bcn.li/s/kil6v. Cache
  7. Voir, par exemple, Rudolf Jaun, "Die Konzeption der Militärischen Landesverteidigung vom 6.6.66 - Verortung und Bewertung in Historischer Perspektive," in Militärdoktrin, La conception du 6.6.66 - 40 ans après, Bern, Planungsstab der Armee, 2007, p. 76-88.
  8. Certaines images ont été ajustées, regroupées et retravaillées pour des raisons didactiques et de qualité.
  9. Pour une description plus détaillée, voir Pierre Streit, Histoire Militaire Suisse, 2e éd., Gollion, Infolio, 2016. Peter Braun, analyse de manière fouillée les étapes de la dispute dans sa thèse de doctorat en histoire. Voir Peter Braun, Von der Reduitstrategie zur Abwehr : Die Militärische Landesverteidigung der Schweiz im Kalten Krieg 1945-1966, 2 vols., vol. X, L'état-major général suisse, Baden, Hier und Jetzt, 2006,.
  10. Voir Alfred Ernst, Die Konzeption der Schweizerischen Landesverteidigung 1815 bis 1966, Frauenfeld und Stuttgart, Huber, 1971, en particulier pp. 245-282.
  11. Notre traduction.
  12. Plus précisément : pour Philip Pettit, le républicanisme est fondé sur trois idées : « La liberté comme absence de domination », une structure de gouvernance qui permet cette liberté ainsi que la nécessité, pour les citoyens, de faire preuve de vertu collective et individuelle dans la surveillance des institutions nécessaire au maintien de la liberté. Philip Pettit, On the People's Terms : A Republican Theory and Model of Democracy, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 5. Pour Jan Metzger, cette vertu s’exprime avant tout lorsque les citoyens sont prêts à faire la guerre pour défendre leur liberté. Il en découle la nécessité d’une armée citoyenne de milice. De ce point de vue, le lien antique entre « res publica – libertas – virtus – militia » se manifeste, dans le républicanisme classique, par cinq facteurs : « [1] État (par opposition à l’engagement privé), [2] soldats indigènes (contre soldats étrangers), [3] activité militaire à titre accessoire (par opposition à professionnalisme et conscription), [4] obligation de servir (contre volontariat), [5] obligation de servir universelle ou sélective ». Jan Metzger, Die Milizarmee im Klassischen Republikanismus: Die Odyssee eines Militärpolitischen Konzeptes von Florenz über England und Schottland nach Nordamerika (15.-18. Jahrhundert), Bern, Haupt, 1999, p. 411 (Notre traduction).
  13. Dans la Nation en armes, « lorsque l’armée est une école de la nation, où les citoyens peuvent apprendre des vertus civiques ainsi que des compétences techniques et administratives importantes pour assurer la pérennité ou le développement de leur communauté, alors cette armée remplit sa fonction la plus importante ». Voir David C. Rapoport, "A Comparative Theory of Military and Political Types," in Changing Patterns of Military Politics, édité par Samuel P Huntington, New York, Free Press of Glencoe, 1962, p. 71.
  14. Voir Feuille fédérale, "Message concernant l'initiative populaire «pour une Suisse sans armée et pour une politique globale de paix» du 25 mai 1988," Berne, 1988, Vol II, pp. 946-973, ici p. 954.
  15. Notre traduction.
  16. Voir Alfred Vagts, A History of Militarism, New York, Meridian Books, 1959, p. 13.
  17. Ibid., p. 17.
  18. Pour une description de l’influence de Wille et de la coalition militariste sur le développement de l’armée suisse, voir, par exemple Rudolf Jaun, Preussen Vor Augen : Das Schweizerische Offizierskorps im Militärischen und Gesellschaftlichen Wandel des Fin de Siècle, Zürich, Chronos Verlag, 1999; « Erziehung, Männlichkeit, Krieg. Überkreuzungen im Denken Ulrich Willes, » in General Ulrich Wille : Vorbild den Einen, Feindbild den Anderen, edité par Hans Rudolf Fuhrer et Paul Meinrad Strässle, Zürich: Neue Zürcher Zeitung, 2003 ; «Vom Bürger-Militär zum Soldaten-Militär: Die Schweiz im 19. Jahrhundert, » in Militär und Gesellschaft im 19. und 20. Jahrhundert, edité par Ute Frevert, Stuttgart, Industrielle Welt, 1997.
  19. Feuille fédérale, « Rapport du Conseil fédéral à l'Assemblée fédérale concernant la conception de la défense nationale militaire (du 6 juin 1966), » Berne, 1966, vol I, pp. 873-897. Pour une analyse contemporaine de la conception, voir La conception du 6.6.66, op. cit.
  20. A la fin des années soixante, Bachmann dirigera la rédaction du livre Défense civile, « vade-mecum de la résistance spirituelle », une sorte de livre de soldat pour la population civile. Cf Albert Bachmann and Georges Grosjean, Défense Civile, Aarau, Miles, 1969. Au début des années huitante, Bachmann figurera également au cœur d’un des nombreux scandales touchant les services secrets suisses. Voir, par exemple, Jean-Claude Péclet, « Services secrets - Albert Bachmann, un espion si exotique pour la Suisse, » Le Temps, 23.4.2011, http://bcn.li/s/bchmn. Cache.
  21. Hans Tomamichel (1899-1984) est certainement le plus connu des quatres: artiste et illustrateur publicitaire, il crèe en 1948 le lutin Knorrli, qui orne depuis près de 70 ans des condiments et des potages en sachet. Rudolf Levers (1915-1989) a travaillé comme illustrateur publicitaire pour une entreprise de brosses. Il a aussi illustré des livres pour enfant ainsi que Défense civile, tout comme Willi Bär. René Villiger (1931-2010) était un graphiste et artiste-peintre argovien indépendant, qui illustra également des livres pour la jeunesse et pour les écoles. Voir s.a., « Hans Anton Tomamichel (1899-1984), » http://bcn.li/s/u25qd Cache.; Christian Heilmann, « Ein Graphiker Arbeitet für Walther, » http://bcn.li/s/-8xb3 Cache; Linus Räber-Villiger and Irene Räber-Villiger, « Biographie::Renevilliger.ch, » http://bcn.li/s/f750x.Cache.
  22. Sur les war comics, voir par exemple Wikipedia contributors, « War Comics, » http://bcn.li/s/8r4k9. Cache.
  23. Cf par exemple, R.B., « Un gros tirage helvétique : le ‘Livre du soldat’ », Le Peuple - Quotidien socialiste, 9.11.1957 1957. Le Livre du soldat représente, pour le libertaire valaisan Narcisse Praz, une « inépuisable source de rigolade » Cf Narcisse Praz, Poète, prends ton luth et tire, Lausanne, Editions d'en bas, 1984, p. 92. Il n’a pas toujours tort. Avec le recul, certaines envolées lyriques prêtent à sourire. Petit florilège :
        La distance et la grandeur des buts que le soldat peut atteindre dans la position à genou varient selon son habileté (p. 92).
        Le combat libère les hommes de tous ces besoins souvent imaginaires et de ces désirs souvent superflus. Le soldat qui a combattu au contact de la nature pendant de longues semaines aborde la vie, et surtout ses camarades, d'une manière plus ouverte. Il redevient un homme simple et loyal (p. 170).
  24. Christian Bühlmann, « Vers l’armée de marché ? La pensée stratégique au défi de l’approche gestionnaire, » Stratégique n°107, Paris, Institut de stratégie et des conflits – Commission française d’histoire militaire – Ecole militaire, 2014, pp 73 - 87.
  25. Pettit et Metzger relèvent par ailleurs que le libéralisme économique, représenté dans la Figure 3, s’oppose au républicanisme. Cf Pettit, op. cit., pp. 8-11, Metzger, op. cit., 33-44.
  26. C’est valable aussi pour les contre-exemples : un soldat, dont l’uniforme n’est plus à la bonne taille, n’est pas devenu obèse. Au contraire, il a perdu un poids imposant (p. 145).
  27. La citation exacte de la Fontaine est « Et je sais même sur ce fait // Bon nombre d'hommes qui sont femmes ». Voir Jean de La Fontaine, Oeuvres complètes de La Fontaine, vol. 2, Paris, Garnier, 1872, p. 88.
  28. Cf par exemple, Ernst, op. cit., p. 202. Cette perspective est propre au groupe des républicains : pour les militaristes, « l’armée est commandée pour gagner la guerre, non pour périr », Ibid., p 203.
  29. Selon la légende, lors de la bataille de Sempach (1386), le Suisse Arnold Winkelried, se serait jeté sur les lances autrichiennes pour créer une brèche dans la défense et permettre, par son sacrifice, la victoire des Confédérés. « La figure de [Winkelried] connut un regain de faveur au XXe s., dans le cadre de la défense spirituelle, comme symbole national de l'acceptation du sacrifice au nom de la liberté ». Voir Andreas Waser, « Winkelried, Arnold, » in Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 13.1.2015, traduit de l'allemand, http://bcn.li/s/ek1yw. Cache.
  30. Voir Daniel Reichel, Le Feu, I, Berne, Armée suisse, Service historique, 1982, p. 9. Sur Daniel Reichel, cf Jean-Jacques Langendorf, Christian Bühlmann, et Alain Vuitel, Le feu et la plume : hommage à Daniel Reichel, Bière, Ed. Cabédita, 2010 ; Christian Bühlmann, « La guérilla dans la doctrine militaire suisse, » in Choc, feu, manoeuvre et incertitude dans la guerre, Pully, Centre d'histoire et de prospective militaires, 2011,  p. 207 – 225 ; Martin Motte, "Un penseur militaire : Daniel Reichel (1925-1991)," in La pensée militaire suisse de 1800 à nos jours, Pully, Centre d’histoire et de prospective militaires, 2013, pp. 143-151.
  31. Ilan Zvi Baron, Justifying the Obligation to Die : War, Ethics, and Political Obligation with Illustrations from Zionism, Lanham, MD, Lexington Books, 2009, pp. 57-95.
  32. Un certain fusiller Lerch, qui avait difficilement écrit son nom sur la page de garde de mon exemplaire en langue allemande du Soldatenbuch, l’a laissé dans un état de pureté virginale. Je ne suis pas certain qu’il ait été spécialement motivé par ces aspects métaphysiques.
  33. Feu le général de division Philippe Zeller, qui était chef de section d’infanterie au début des années 1950, se souvenait des problèmes de disciplines des militaires qui avaient servi pendant la Seconde Guerre mondiale. Voir Philippe Zeller, « L'Armée 61 a-t-elle rempli sa mission ?, » in La guerre froide et la Suisse - recueil de conférences 2008, édité par Pierre Streit, Pully, Centre d'histoire et de prospective militaires, 2011, p. 5-14.
  34. Cf par exemple Heinrich Oswald, « La genèse du rapport Oswald, » in Armée 1995 : histoire et avenir de l'armée suisse, Geneve, Intermedia com, 1995, p. 85-87 ; Stephan Zurfluh, Turn-around in der Milizarmee : Verkannt - Erkannt – Vollzogen, Zürich, Thesis Verlag, 1999.
  35. Voir, par exemple, Peter Bodenmann, « Denkzettel Oder Freipass?, » Die Gewerkschaft, no. 8, 1989, http://bcn.li/s/1moiz.Cache.
  36. Voir Margaret Jane Radin et Madhavi Sunder, « The Subject and Object of Commodification, » Rethinking Commodification: Cases and Readings in Law and Culture, édité par Martha M Ertman et Joan C. Williams, New York, New York University Press, 2005, p. 8.
  37. Voir Leonard C. Feldman, « The Citizen-Soldier as a Substitute Soldier » in Security Disarmed: Critical Perspectives on Gender, Race, and Militarization, édité par Sandra Morgen, Barbara Sutton and Julie Novkov, New Brunswick: Rutgers University Press, 2008, pp.198-212, ici p. 199.
  38. Cf Christian Bühlmann, « Armée de marché », op. cit.