Breithorn - premier 4'000

Les mânes de Maurice Herzog ne m'en voudront pas, je l'espère, de cette paraphrase. Et si je frappe ce texte avec mes  deux index, ce n'est pas en raison d’engelures similaires à celles de l'alpiniste français, mais d’une technique de dactylographie inspirée de l’aigle

 12.4.2008 -  300 m 

Le Breithorn

Le Breithorn passe pour un 4'000  facile. Il est vrai que, depuis la station du Petit-Cervin, la déclivité n'est que de 300 mètres ; la distance horizontale, même en suivant la crête arrondie du glacier – évitant ainsi ses crevasses – n’est pas grande. Il n’empêche : la raréfaction de l’oxygène et la présence de glace lisse sous la couche de neige rendent la montée bien plus ardue que celle conduisant à la cabane de Teysachaux.

Partis du Petit Cervin à 1245, nous suivons la voie bien tracée et relativement bien fréquentée. Au fil de la trace, on aperçoit quelques crevasses. La montée, dans une poudreuse parfois un peu lourde, n’est pas techniquement difficile, mais éprouvante pour certains. L’air se fait rare, le cœur bat plus vite que d’habitude, le souffle est plus court ; mais nous échappons au mal de l’altitude. Arrivés au sommet, le temps se couvre. Le temps de se congratuler et de faire quelques photos, nous redescendons prudemment. La brume a gagné le plateau, mais la trace est encore bonne. Arrivé sur la piste, nous nous laissons glisser sur une belle neige jusqu’à Zermatt, ci dans le soleil, là dans le brouillard et le grésil. Après un arrêt réparateur dans un estaminet local, nous nous quittons à la Conversion, un peu fatigués mais pleins d’images et d’émotions. 

 [EDIT 2018-12-15 Enlevé des liens morts et corrigé quelques fautes de frappes]

Dernière modification le %PM, %15 %793 %2018 %18:%Déc
Plus dans cette catégorie : « Jogging autour de Flims

Personnel - Billets récents