Christian Bühlmann (2012) "Le concept d'asymétrie: une plus-value pour comprendre les conflits modernes ?"

Stratégique 100-101 Stratégique 100-101
08 Juil
2012

Christian Bühlmann (2012). "Le concept d'asymétrie: une plus-value pour comprendre les conflits modernes ?", Stratégique 100-101, Paris:pp 229-268.

Centrée sur les asymétries à l’échelon stratégique, cette contribution s'interroge sur l’utilité de ce cadre pour mieux analyser les conflits modernes et gouverner l’application effective de la puissance militaire.

Plus précisément, cette étude vise à répondre aux questions suivantes :

-      Qu’est ce que l’asymétrie et que sont les stratégies asymétriques ?

-      Qu'est-ce qui caractérise les conflits modernes ?

-      Quelle est l’interaction de ces deux cadres et que peut-on en conclure ?

Dans le cadre des conflits contemporains - c'est-à-dire postérieurs à la Guerre froide - cette contribution se focalise, du point de vue des acteurs occidentaux, sur l’asymétrie à l’échelon stratégique – la création et l’utilisation d’un déséquilibre de normes pour paralyser les instruments de la puissance nationale d’un acteur. Elle se concentre principalement sur les approches anglo-saxonnes de l’asymétrie.

Le premier chapitre présente une critique des définitions de l’asymétrie et une typologie des stratégies asymétriques dans l’optique du professeur allemand Herfried Münkler et de son ouvrage Der Wandel des Krieges.[i] Le deuxième décrit un modèle des conflits modernes sur la base de plusieurs ouvrages classiques. Le troisième chapitre montre comment la typologie proposée peut apporter une meilleure compréhension des conflits modernes, de même que ses limites.

En conclusion, il est relevé que la supériorité militaire occidentale, qui est en fait une stratégie dissymétrique (asymétrie du fort au faible), force ses adversaires non-étatiques à choisir eux-mêmes des stratégies asymétriques (asymétrie du faible au fort), ce qui place l’Occident dans un dilemme quant aux réponses qu’il peut leur apporter. Il en découle la nécessité d’une reconceptualisation des théories stratégiques actuelles.

Cette contribution est publiée dans le dernier numéro de Stratégique préparé par Hervé Coutau-Bégarie. Je rends ici homage à ce chercheur érudit et prolixe, disparu le 28 février 2012. Elle est une version adaptée et traduite de mon travail de master.



[i]    Herfried Münkler, Der Wandel des Krieges: von der Symmetrie zur Asymmetrie (Weilerswist: Velbrück Wiss., 2006).